En passant

Jour 6

Je me lève (et je te bouscule …), je prends mon petit déjeuner avec Gaby
et tout semble annoncer une très belle journée. Je monte à la barre voir si
tout va bien et soudain PAF !! Comment ça Paf ?? Je lève les yeux et vois
la GV descendre toute seule comme une grande le long du lazy bag, et un
morceau de la drisse de GV voler au vent tout en haut du mât...Oh non pas
ça !!
Et bien si !! C’est donc la petite session sportive du matin qui s’annonce
avec en guest star Vincent qui remonte en haut du mât pour la deuxième
fois en 3 jours (j’explose les statistiques, une petite pensée pour Bruno
de Varatraza) et Tom et Gaby en spécial guests qui coordonnent les
renvois de drisses et mes montées et descentes. C’est finalement 2
heures plus tard que nous hisserons de nouveau la GV, fiers de nous et
pour ma part gratifié de quelques bleus sur les bras et les jambes ( il y
avait quand même 20 noeuds et 2 mètres de creux). Et dire qui en a qui
croient qu’on s’amuse !!!
Sinon, à part ça tout va bien, le vent est régulier, la mer est belle et
le temps et au beau fixe avec des températures qui se sont radoucies (on a
ressorti le maillot de bain).
Apparemment le service phytosanitaire de nouméa est draconnien et ils
réquisitionnent toute nourriture fraîche à l'arrivée des nouveaux
bateaux. Gaby à sa denière transpacifique a dû cuire tous les oeufs du
bord pour qu'ils puissent récupérer les coquilles pour les détruire!!!
Sans commentaires...
Pour les repas qui viennent ça va donc être soupe à l'oignon (il nous en
reste encore 6) et omelette pour tout le monde.

Malgré notre petite aventure de ce matin, nous avons quand même parcouru
155 miles aujourd’hui, et Nouméa n’est plus qu’à 350 miles !!!!
Publicités

Les Tuamotus – Fakarava

En passant

Les paysages des tuamotus sont absolument magnifiques, les nuances de bleues sont indescriptibles, les plages de sables roses et les cocotiers, un vrai décor de paradis pour beaucoup d’entre nous. Mais  malheureusement au paradis nous ne sommes pas très abrités surtout lorsque l’on se trouve sur un bateau. Il n’y a aucune montagne ici, ni même un petit mont derrière lequel nous pourrions nous cacher si le vent monte, les lagons sont tellement grands que la houle a le temps de se lever et de ballotter les petits voiliers restés au mouillage!! Nous sommes prévenus et restons très vigilants sur la météo, nous commençons à être tard dans la saison mais nous ne sommes jamais à l’abri d’un bon coup de Mara’amu.

D’ailleurs à ce propos nous sommes toujours à Makemo, mais bon là il est plus que temps de se mettre en route pour Fakarava car les fichiers Grib évoluent rapidement et un petit coup de sud arrive. Nous mettons notre cane à l’eau pour passer la passe sud de l’atoll car apparemment c’est dans les passes que l’on a le plus de chance d’attraper du gros poisson. Nous passons tranquillement avec plus de 5 nds de courant arrière, le paysage est enchanteur… Je suis concentrée sur ma cane à pêche prête serrer le 1er poisson qui aurai l’envie de goûter mon leurre… Et là Wahou!!! Si je m’entendais à ça !!!! Juste derrière le bateau dans le lagon je vois deux ENORMES queues de baleines sortir de l’eau et retomber aussi vite dans une gerbe d’eau incroyable !! Si ça ce n’est pas la grande classe entrer avec les dauphins et sortir avec les baleines…. Bon bien sûr nous n’aurons rien pêché 😉

IMG_0449

Ah Fakarava sud !! De loin mon coup cœur des Tuam, je vous laisse découvrir cela en photos…

ImageIMG_0483IMG_0490IMG_0509

Nous mouillons au niveau des sables roses, c’est magnifique, il n’y a rien et c’est ça qui rend l’endroit encore plus magique. Pour nous rendre au tout petit village et à la pension de Tetamanu nous devons faire le tour d’un reef et traverser la passe avec notre annexe, jusque là aucun soucis enfin c’était sans compter sur les 35-40 nds que nous aurons pendant plus d’une semaine !!! Oh lala les promenades en annexe un vrai bonheur, c’est dans ces cas là qu’on est vraiment content de notre super dinghy même pas mouillés les petits Grumeau, nos pauvres amis de Dragonfly eux sont obligés de s’équiper de vestes de quart même si franchement vu le résultat la combi intégral et le masque seraient plus adaptés;-) (enfin si nous pouvions avoir quelques chevaux de plus je ne dirais pas non). Mara’amu oblige, nous restons coincés sur Fakarava sud, mais franchement ce n’est pas une punition ! Dés que les conditions le permettent nous partons plonger ou faire du snorkeling, c’est incroyable, la quantité et la diversité de poissons, le monde de Nemo parait bien fade à côté. Vincent passe ses journées sous l’eau avec Christian et Yohan, ils ne se lassent pas de traverser le fameux mur de requins (entre 150 et 200 individus, rien que ça !!), nous rencontrerons, raies Manta, napoléon, requins, balistes…

ImageImageIMG_0556

IMG_0656IMG_0685

 

Mes parents viennent nous rejoindre pour 15 jours, nous sommes très excités et impatients de partager avec eux tout ce que nous avons découvert ici. Dés que le vent se calme et que la houle du lagon se lisse un peu nous prenons la direction de Fakarava Nord, histoire d’aller les chercher à l’aéroport et de remplir notre cambuse. C’est toujours aussi agréable de retrouver un peu de civilisation après plusieurs semaines dans des endroits déserts : snacks, restaurants, laverie, épiceries… Cool, ce soir c’est sûr il n’y aura pas de vaisselle à faire sur Cata Quatre ;-). Nous accueillons mes parents sous des trombes d’eau, sniff  cela restera ainsi pendant une bonne semaine L et encore si il n’y avait que de la pluie… mais une chose à la fois je vous explique tout ça un peu plus loin ! Je vous laisse imaginer les retrouvailles, tout le monde est super content de se revoir, César est tout excité et ne quitte pas ces grands parents d’une semelle. Comme à chaque fois, mes parents arrivent avec une valise complète de cadeaux (c’est NOEL avant l’heure !!!). 

Nous profitons d’une accalmie pour faire une grande promenade en vélos et visiter les fermes perlières de l’île, sur le retour nous nous laissons tenter par le restaurant de l’hôtel devant lequel nous sommes mouillés et réservons pour le soir. La pluie est de retour, papa et Vincent partent ramener les vélos pour nous éviter d’être complètement trempés, maman, César et moi sommes sur le bateau prêts à sortir équipés de k-way, lampes frontales… Papa et Vincent arrivent mouillés jusqu’aux os, je les aide à monter en tenant l’annexe, ils sautent dans un short sec s’équipent également de k-way et de sacs étanches… Tout le monde est prêt, en route pour le resto où nous attendent les petits Draonfly. Et là je vois papa emmitouflé sous sa capuche, sa lampe torche étanche à la main, penché au dessus de la jupe arrière dire : « Mais elle est où l’annexe !!!!????? » oh Pu…., B… de M…. !!!!! OU EST L’ANNEXE ????!!!! C’est pas comme si il faisait nuit noire, avec 20 nds de vent et une pluie d’enfer !!!! Là ça tombe 100 à l’heure, où est l’annexe ? qui a attaché l’annexe ?…. Où est l’annexe? GLOUPS euh comment dire…. Je crois bien que c’est moi…. Euh enfin, ben oui je crois bien que c’est moi qui aie fait un gros nœud pourri sur un des winch… !! Tellement pourri le nœud que plus d’annexe ! Oh M…. (désolé je suis un peu vulgaire, mais c’est pour que vous puissiez imaginer l’ambiance à bord) je me fais toute toute petite. Heureusement nos copains de Moana sont mouillés juste à côté et viendront à notre rescousse, il leur faudra qd même un bon 15-20 min avant de la retrouver même avec un spot super puissant. OUF, nous soufflons tous enfin surtout moi ! Et ce gros coup de stress se transforme en gros fou rire !! Encore un Grand merci à Christine et Yohan qui ont dû affronter pluie et vent de nuit, sans eux je ne serai peut être plus de ce monde 😉

Le séjour avec mes parents se poursuit +/- tranquillement pour le moment (nous gardons toujours un œil sur la météo qui change toutes les 6 heures de façon un peu étrange..). Direction Fakarava Sud pour leur faire découvrir ce site de plongée exceptionnel, le temps est toujours mitigé mais nous profitons quand même du paysage et surtout des fonds marins. Tous les matins maman et César donnent à manger à une cinquantaine de poissons à l’arrière du bateau (requins pointe noire, requins gris, napoléons, rémoras…). IMG_0723Nous resterons que 2 jours, il est plus que temps de se sauver un Gros coup de vent est annoncé et cette fois il vient Nord, nous sommes donc au pire endroit, nous appareillions et rejoignons nos copains sur l’atoll de Toau où normalement nous devrions être un peu plus à l’abri. La traversée se passe sans aucun problème, le vent est plutôt calme et le plan agréable, nous naviguons de nuit et arrivons au petit matin chez Valentine et Gaston où nous nous amarrons à un corps mort. L’endroit est très connu de tous les voiliers, il fait parti des stops incontournables des Tuamotus. Nous nous faisions donc une joie de découvrir cet endroit, et d’y être pour l’anniversaire de Vincent et de Yohan. Nous n’avons pas le temps de descendre à terre, que le ciel s’assombrit et c’est reparti pour des trombes d’eau en non stop toute la journée, le soir arrive et à croire que le temps n’était pas encore assez apocalyptique, le vent s’y met et sincèrement il s’y met de bon cœur… 20 nds, 30nds, 35 nds, l’alarme de vent que nous avions mis pour nuit à 37nds n’arrête pas de bipper, je la passe à 40 nds pour être tranquille, mais ce n’est suffisant, 45nds, 50, 55 c’est la fête !!!! Et ça tourne Nord, Est, Nord, Ouest…. Tous les bateaux commencent à s’exciter, les lampes s’allument, les capitaines se retrouvent tous à l’avant de leur bateau pour vérifier que les corps morts ne souffrent pas trop et tout ça bien sûr sous les pluies diluviennes ! Youpi Vive le Paradis !!!!!IMG_0737 La nuit passe, vent et pluie ne faiblissent pas, il ne manquait plus que la houle pour que la party soit vraiment réussi, comme à notre habitude nous faisons les choses à fond, 1m50 de vagues déferlent dans la mouillage. Là c’est bon je peux le dire c’est CHIANT !!!! Au bout de quelques heures nous en avons marre de veiller surtout que ça ne sert à rien, il pleut tellement que l’on n’a plus le moindre repère visuel et comme dit très justement Christian : « toute manière si le mouillage lâche nous sommes tellement proche du reef que nous n’aurions même pas le temps d’allumer le moteur alors autant dormir 😉 ». Ce temps durera pendant 48 heures, l’horreur !! Mais bon les corps morts ont tous tenu et aucun dégât n’est à déplorer sur le mouillage. Nos amis restés à Fakarava ne peuvent pas en dire autant (foudroyé le bateau, direction Papette en direct), et ceux ancrés à Rangiroa non plus (un voilier sur la plage et plus d’une 20ène de bateaux moteurs échoués, et je ne vous parle même pas des dégâts à terre). On peut le dire on a eu de la chance car c’était belle et bien une belle petite tempête tropicale !

IMG_0743

Enfin après 48 heures enfermés dans le bateau, le vent se calme et la pluie aussi, tout le monde sort pour se dégourdir les jambes à terre, et échanger sur les 2 dernières nuits Rock and Roll. Les jours suivant seront bien plus agréable et nous reprendrons tranquillement nos activité préférés : wake paddle, plongée, snorkeling…

IMG_0780IMG_0785IMG_0767

Valentine et Gaston nous préparerons un repas délicieux pour l’anniversaire de Vincent et Yohan avec au menu, cochon grillé, poisson cru, pain coco…. Une soirée fabuleuse, hors du temps, nous sommes le temps de quelques heures dans un autre monde.